Petit Rien #25 : quand Paul Auster décrit si bien ce que je ressens

NYC High Line Chelsea (1 sur 1)

« Je veux parler de bonheur et de bien-être, de ces instants rares et inattendus où la voix intérieure se tait et où l’on se sent à l’unisson avec le monde «  Paul Auster

J’ai lu cette phrase de Paul Auster dans son livre Brooklyn Follies. Immédiatement, j’ai saisi mon carnet pour la noter, tellement j’ai l’impression de vivre ces instants lorsque je voyage. Il y a un an, j’ai découvert ce bonheur d’arpenter une ville seule et dans ces moments je me sens à l’unisson avec le monde !

Publicités
Cet article, publié dans Petits Riens, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s